tunisia mining town gafsa photography
19 Jan

Beauté et mélancolie dans la ville tunisienne oubliée de tous

… ou comment le photographe Zied Ben Romdhane voit une région minière laissée à elle-même

Written By Sarah Ben Romdane

C’est en 2014 que le photographe tunisien, Zied Ben Romdhane, 36 ans, a commencé à s’intéresser à Gafsa , cette région marginalisée du sud-ouest tunisien où l’on extrait le phosphate et où la vie quotidienne est âpre et mélancolique : “Depuis la revolution, on continue à entendre parler des problèmes sociaux sur la chaîne nationale, mais pour ma part, je pense que la TV est un moyen de communication dépassé, ne travaillant que dans des formats obsolètes. J’ai donc décidé de m’y mettre, d’aller voir ce qui se passe à Gafsa et d’en témoigner. C’est de cette façon que j’ai décidé d’informer les gens. »

 

tunisia mining town gafsa

 

Comme la plupart des Tunisiens vivant dans les villes côtières les plus prospères du pays, Zied n’avait jamais visité la région : « Je ne connaissais personne quand je suis arrivé là-bas, et j’ai dû parler à beaucoup de monde, pour essayer de donner du sens à ce que je découvrais. »

 

beauty melancholia tunisia gafsa photography

 

beauty melancholia tunisia gafsa photography

 

Le sud est toujours resté isolé du reste du pays ; de plus, il y a aussi beaucoup de sujets de discorde entre les différents villages : « La main-d’œuvre minière est arrivée de toute l’Afrique du Nord, et donc, sur le plan démographique, il n’y a pas beaucoup d’affinités entre les gens. Ils ne vivent pas davantage en harmonie avec la nature, parce que la vie est pratiquement impossible dans les paysages sévères de Gafsa. C’est la raison pour laquelle la région est si fragmentée. Les tensions sociales, politiques et ethniques s’y intensifient, ce qui génère une profonde instabilité. »

 

tunisia forgotten town gafsa photography

 

tunisia forgotten town gafsa photography