15 Feb

La subtile beauté du quotidien à Beyrouth

Entre les voitures, les rues poussiéreuses et l’architecture moderne

Written By Sarah Ben Romdane

“Je photographie la vie quotidienne au Liban depuis 2014, dans le cadre d’un projet personnel. J’ai vraiment tenu à le réaliser dans cette région parce qu’il s’agit d’une ville tellement hybride, parfaitement assortie à mon éducation mixte, entre le Golfe et la Méditerranée”, explique le photographe chypriote Prod Antzoulis, qui a grandi à Dubaï. “Beyrouth a été ma toute première introduction à une ville historique du monde arabe”.

 

 

Le photographe a déménagé à Dubaï au début des années 90, quand il était jeune, à une époque où la ville était en construction. “C’est difficile pour moi de me définir en tant que personne. Chypre est un pays très métissé, situé au Moyen-Orient, tout en étant un pays européen pétri d’influences arabes, surtout en termes de valeurs et de mœurs. Tout ce à quoi je m’identifie est influencé par la culture du Moyen-Orient, et pas par la culture occidentale. C’est pourquoi Beyrouth a eu un tel impact sur moi, la ville a créé une sorte d’équilibre entre mes deux patrimoines. C’est devenu l’espace où je me sens en sécurité.”

 

 

Le travail d’Antzoulis est centré sur la nostalgie. “La nostalgie surgit d’un endroit où l’on essaie de comprendre d’où viennent les choses. Tout cela est lié au fait que j’ai grandi dans un endroit où manquaient certaines des choses dont j’aurais eu besoin, justement parce que je grandissais, la nature par exemple. Mon travail me permet de créer mon propre monde, et la nostalgie est le résultat de ce processus”.

 

 

Ce qui distingue le travail d’Antzoulis, c’est son point de vue unique, parce que, bien qu’il ne soit pas arabe, il a réussi à construire et à entretenir une relation très intime avec le Moyen-Orient et ses habitants.

 

 

“C’est devenu épuisant pour moi d’entendre [en Occident] la représentation erronée que le public se fait du Moyen-Orient. Aussi le message de cette série de clichés est-il de rappeler à tous ceux qui ont cette idée fausse, non seulement du Liban mais du Moyen-Orient dans son ensemble, qu’il y a de la beauté dans cette région.”