20 Apr

Sarah Bahbah : des portraits qui nous parlent d’amour et de chagrin

A la rencontre de la photographe palestinienne qui a co-signé une campagne pour Gucci

Written By Sarah Ben Romdane

Sur Instagram, on reconnaît facilement les images de la photographe palestinienne Sarah Bahbah, basée à Los Angeles, à leur caractère rêveur et cinématographique. Après avoir grandi en Australie, Bahbah a commencé à prendre des photos en 2008 ; elles devaient lui servir à peindre des portraits, mais Sarah a rapidement constaté qu’elle aimait beaucoup plus la photographie.

 

C’est en 2015 que Bahbah a eu l’inspiration qui allait faire très vite de ses portraits une sensation virale. Comment l’idée lui est-elle venue? Tout en sirotant un Pepsi Max et en défilant sur Tumblr, bien sûr.

 

S’inspirant d’images de films, elle a voulu produire un récit plus large sur Instagram en “créant des images avec des sous-titres qui, tout en étant des pièces à part entière, créeraient ensemble une histoire”.

 

 

Aujourd’hui, Bahbah expose à New-York, sous le titre Fuck Me, Fuck You, et MILLE l’a interviewée pour découvrir ce qui l’inspire et ses projets à venir.

 

Vous avez grandi en tant qu’Arabe en Occident. Cette expérience a-t-elle été une source d’inspiration pour votre art ?

Absolument. J’allais dans une école occidentale à Perth, puis je rentrais à la maison, dans une famille arabe, et c’est cette morale contradictoire qui m’a influencée. J’ai gardé beaucoup de sentiments et d’émotions pour moi parce que, en tant que fille arabe, on m’a dit de rester assise et de ne rien dire.

 

Ce n’est que lorsque j’ai déménagé il y a huit ans que j’ai réalisé que j’avais réprimé mes émotions parce qu’on m’avait dit de les perdre. Cela m’a vraiment touchée.

 

 

Quels sont les thèmes récurrents que vous essayez d’explorer à travers votre travail ?

Le premier est la transparence. le sentiment d’être fidèle à vos émotions, fidèle à vous-même et donc fidèle aux gens. L’idée de dialogue interne vient de mes pensées et de mes expériences – les partager, c’est être fidèle à moi-même. L’indulgence est l’autre thème. En étant transparent, vous pouvez vous faire plaisir, vous pouvez valoriser et encourager. Passer de bons moments, c’est important, parce que pendant si longtemps je suis restée silencieuce.

 

Mon exposition est une sélection de mes pièces préférées dans la série des légendes, qui capturent l’ambivalence du chagrin et de l’amour.

 

 

 

Qu’avez-vous prévu, maintenant que vous avez emmené votre art hors ligne ?

Je travaille sur mon émission de télévision mais je ne peux pas en dire plus à ce sujet. J’ai fait la campagne d’accompagnement de Gucci Guilty Absolute Pour Femme en février. Attendez-vous à un tas d’autres collaborations en 2018, mais c’est encore confidentiel.