Chère Paris, il est temps d’arrêter de s’approprier la culture arabe

Dénonçons ce comportement une fois pour toutes

by

En France, tout semble nous dire, dans une insensibilité totale, que notre identité et notre culture seraient librement accessibles aux occidentaux.  Le compte Instagram, judicieusement appelé Hummus Rights Watch, dénonce ce genre de comportement.

Que ce soit des magazines glamours décrivant des plats arabes comme « la nouvelle obsession des it-girls », des expositions aux allures de Souk, des « raves » techno-orientales ou le racisme latent du cinéma français, les deux fondateurs franco-libanais de 27 ans, May Ziadé et Mona Khaouli, aspirent à révéler cette appropriation de l’identité arabe par la pop culture française.

Certains pourraient se demander : Si tout cela accentue notre « arabité », où est le problème ?

La réponse est en réalité une autre question. Les arabes bénéficient-ils de cette visibilité ? La plupart du temps, la réponse est non.

View this post on Instagram

Askip le Houmous est un homme blanc cisgenre

A post shared by Hummus Rights Watch (@hummusrightswatch) on

Grâce à Hummus Rights Watch, un autre acte insensé d’appropriation culturelle sur Facebook a été dévoilé. Une nouvelle soirée intitulée « Les Milles et une teuch », exotisant la culture arabe, a été organisée par Nouvelle Vogue (un collectif créatif/magazine, qui se prétend « satirique et non conformiste ») dans un des clubs les plus tendances de Paris, le Petit Palace.

Dans la description de l’événement nous pouvons lire : « A toutes les Djamillas, les Nabillas, les Reines de Saba… venez dévoiler vos plus beaux déhanchés et bijoux les plus clinquants lors d’une soirée spéciale Mille et une Nuit qui vous embarquera vers de nouveaux horizons : celui de la techno orientale et des rythmes hypnotiques. » 

Cela va de soi, tous les membres du collectif sont cisgenres, blancs et de classes supérieures.

De nombreux problèmes naissent de cette appropriation, devenue habituelle, de cultures non-occidentales par la France.

Tout d’abord, notre culture n’est pas un costume, ni une tendance. Le plus gros problème derrière cette appropriation occidentale, c’est que la culture en question est souvent imprégnée d’un passé d’oppression, et d’une longue bataille contre le colonialisme. C’est une culture qui ne doit pas être confisquée par les détenteurs de la culture hégémonique.

Ce qui est encore plus nocif et inquiétant, c’est que les occidentaux sont considérés « cool » et « sexy » lorsqu’ils adoptent un mode de vie et des vêtements inspirés de  la culture arabe, alors que la plupart des Arabes ont grandi en France avec le regard critique des autres sur leur apparence, leurs vêtements et leurs plats.  

Que ce soit des tresses, des créoles, des bindis indiens ou des voiles, la société juge souvent les esthétiques non-occidentaux plus « acceptables » et plus « jolis », une fois adoptés par les occidentaux.

 

View this post on Instagram

 

Burning Man 2018: Starter Pack

A post shared by Hummus Rights Watch (@hummusrightswatch) on

Lorsque la soirée a été partagée sur les réseaux sociaux, des centaines de personnes ont décidé de publiquement dénoncer Nouvelle Vogue. Le collectif a publié des excuses, a légèrement modifié la description de son événement, et a effacé tous les commentaires négatifs.

Non seulement les Français imitent le style « arabe » sans passer par les réelles difficultés d’être Arabe en France en 2019, mais en plus ils continuent à ne pas écouter les arabes ou à les aider.

Apprécier une culture étrangère, c’est possible. Mais cela demande une certaine ouverture, et principalement du respect. La soirée de Nouvelle Vogue est incontestablement raciste et nous devons tous la dénoncer.

Partagez cet article