On a demandé à 7 femmes arabes de définir l’indépendance

Ce que signifie vraiment être libre

byAmina Kaabi

Ce n’est un secret pour personne que le monde arabe a du mal avec le concept d’indépendance; et par indépendance, on ne parle pas de l’autonomie politique, mais plutôt de d’une indépendance personnelle, et en particulier de celle que l’on refuse souvent aux femmes.

 

En 2018, les femmes saoudiennes viennent tout juste d’acquérir le droit de conduire. Il y a quelques mois, les femmes tunisiennes ont finalement obtenu le droit d’épouser des non-musulmans, et cette semaine, le Maroc a intensifié et criminalisé la violence à l’égard des femmes.

 

Ce sont là d’excellentes réalisations, mais il convient également de noter que ces libertés se sont fait attendre depuis longtemps, sans compter qu’il y’a encore une longue liste d’injustices auxquelles les femmes sont encore confrontées. C’est une période excitante cependant, et les générations à venir pourront peut-être s’épanouir dans une société où les droits des femmes ne sont plus un champ de bataille.

 

Mais compte tenu des conditions dans lesquelles la plupart d’entre nous ont grandi, il est presque impossible d’être une femme arabe aujourd’hui et de n’avoir jamais fait face à un conflit quelconque lié au concept d’indépendance, si ce n’est dû à vos propres convictions, aux pressions politiques, culturelles ou sociétales qui vous ont été imposées.

 

Et quand il s’agit de préciser quels sont ces conflits, nul n’est mieux placé pour le faire que les femmes arabes elles-mêmes. MILLE a rencontré sept femmes pour discuter de ce que signifie être indépendante pour elles.

 

Farah, 26 ans, Jordanienne

«Pour moi, l’indépendance, c’est vivre sans contraintes. Mais ce je veux dire par là, ce sont les contraintes que la société vous impose avec les jugements qu’elles portent sur vos actions. Je suppose que pour moi, il s’agit de vivre sans culpabilité. Parce que je pense que nos familles, nos amis et nos voisins aiment juger nos choix de vie et que, par conséquent, nous vivons de manière limitée afin de ne pas être jugés.


Et il pourrait être facile pour quelqu’un d’autre de me dire «bien, c’est facile, arrêtez simplement de vous soucier de ce que les gens pensent», mais quand on grandit dans une société aussi critique, c’est vraiment difficile d’arrêter de s’en préoccuper, se débarrasser de la culpabilité quand vous savez que ce que vous faites sera considéré comme mal par quelqu’un d’autre, même si vous êtes complètement convaincu que c’est une chose à faire.”

 

Soraya, 37 ans, Tunisienne

“Être indépendante c’est être soi même, peu importe ce que vous faites, où vous allez.”

 

Fatma, 26 ans, Omanaise

«Pour moi, l’indépendance signifie avoir le contrôle de votre vie et être sa propre priorité sans se sentir inférieur. L’indépendance peut être une voie effrayante à prendre surtout en tant que femme arabe. Vous risquez de perdre des amis ou de la famille en cours de route, mais lorsque vous y arrivez, ça en aura valu la peine.

Être indépendante signifie assumer sa personnalité et être fidèle à sa propre vérité en étant son propre décideur. L’indépendance ne signifie pas nécessairement que vous n’avez besoin de personne. Pour moi, cela signifie que vous n’avez besoin de personne pour faire des choix. L’indépendance est un état d’esprit pour moi, si vous croyez que vous êtes votre propre personne, alors vous deviendrez votre propre personne. »

 

Shams, 31 ans, Koweïtienne

«Je pense que pour moi, l’indépendance consiste simplement à être la meilleure version de vous-même. Bien sûr, c’est fondamentalement la capacité de vivre sa propre vie de son propre chef, mais pour être vraiment indépendant, je pense qu’il faut en arriver à un point où non seulement tu peux commettre des erreurs, mais aussi apprendre et grandir et devenir la meilleure version de vous que vous puissiez être. Et quand vous arrivez à ce point, vous êtes vraiment indépendant parce que vous devenez sûr de qui vous êtes en tant que personne et personne ne peut rien faire pour changer votre perception de vous-même.»

 

Engy, 25 ans, Egyptienne

«L’indépendance pour moi est quelque chose qui s’enracine en vous dès le plus jeune âge, même si vous venez d’une famille privilégiée. Chaque petite chose compte, que ce soit faire votre lit, rentrer à la maison de l’école ou même vous réveiller le matin.



L’indépendance va de pair avec la responsabilité et c’est la base de l’être adulte indépendant. Il ne s’agit pas de vivre chaque problème autant que de résoudre des problèmes et de se mouvoir sans se retrouver trop coincé ou de vous débarrasser de votre problème en le jetant à la figure de quelqu’un d’autre.



Personnellement, je dois dire que j’ai eu du bon sens en ce sens que j’ai été élevé avec un bon équilibre, certaines choses étaient un non catégorique alors que d’autres expériences étaient considérées bonnes pour forger ma personnalité. Ca s’étend également à la liberté de pensée et à la possibilité de prendre des décisions personnelles. En gros, ce que je dis, c’est que tout dépend de votre indépendance, que vous soyez naturellement indépendante ou que cela devienne un combat ».

 

Zeineb, 27, Iraqienne 

«Je me souviens d’un moment où je quittais l’aéroport international de Bagdad. Alors que je me tenais derrière une maman et ses filles à l’immigration, l’officier appelle à son tour. Il se rend compte que je ne suis pas avec eux, puis il dit « Es-tu seul? Nous n’avons pas de femmes qui voyagent seules », j’ai immédiatement répondu: « Je suis une femme et je voyage seule ».



Etre indépendante, c’est être libre sous les rapports, tant d’autres personnes que de vos propres pensées. Être indépendante pour moi signifie aussi être responsable – j’ai une responsabilité en tant que femme. Ce que je veux dire quand je dis cela, c’est que nous devons être attentives aux choses que nous faisons, comment nous les faisons, où nous les faisons, etc.



Je pense que l’indépendance, c’est de savoir que vous pouvez accomplir des choses – oui, nous avons tous besoin de soutien les uns des autres, mais au bout du compte, nous savons que nous ne dépendons pas d’autrui pour mener notre vie quotidienne. Ce n’est pas le cas de nombreuses femmes et je pense que c’est parce que nous sommes amenées à penser que nous ne pouvons pas faire les choses par nous-mêmes. L’un des plus grands défis consiste à essayer de comprendre et d’expliquer ce concept aux femmes autour de moi. Il est tellement enraciné dans nos cerveaux et dans la société.»

 

 

Sarah, 21, Tunisian

«Pour moi, en tant que femme arabe, l’indépendance signifie compter sur moi-même au quotidien, l’indépendance pour les femmes arabes étant l’absence d’inégalités fondées sur le sexe qui font que la plupart des hommes pensent que nous sommes de bonnes épouses ou mères et qu’en échange ils nous offrent un soutien financier.



Pour moi, en tant que jeune fille de 21 ans, je n’accepte pas qu’un homme paie pour mes dépenses, peu importe leur importance, simplement parce qu’il estime que c’est ainsi que les choses devraient être faites.

 


Je pense que les femmes peuvent vivre seules, que nous pouvons ouvrir des bocaux seules, que nous pouvons réparer les canalisations seules, que nous pouvons atteindre les étagères les plus hautes seules et que nous pouvons bien nous traiter. Je respecte mais n’aime pas les femmes qui obligent leurs maris à leur acheter des choses ou leur demandent de les emmener en vacances, je veux dire pourquoi ne pas travailler et l’aider à accomplir ce dont vous rêvez tous les deux.



En conclusion, l’indépendance est un terme large, mais pour les femmes arabes en général, il s’agit principalement d’indépendance vis-à-vis de l’idée qu’à la société de femmes moins fortes que les hommes et qui ne peuvent pas réussir sans eux.”

 

 

Crédit Photo Katherine Li Johnson 

Partagez cet article