L’infidélité s’est-elle normalisée dans notre culture?

Nous devons parler du divorce dans notre région

by

Vous vous souvenez de l’énorme scandale Ashley Madison lié au piratage des données de ce site ? Ce hack a non seulement révélé que nos célébrités préférées étaient des utilisateurs avides de ce site de rencontres spécialisé dans les relations extraconjugales, mais aussi que l’Arabie Saoudite est le pays qui compte le plus d’infidèle dans le monde arabe, le Maroc arrivant juste derrière.

Une violation de données n’est peut-être pas la mesure la plus fiable d’infidélité, mais comme c’est le cas pour de nombreux problèmes dans le monde arabe, les données sont limitées (surtout lorsqu’il s’agit d’adultère, le sujet étant encore tabou dans la plupart des pays arabes).

Une chose est sûre, du Maroc à Oman, le taux de divorce ne fait qu’augmenter. En Palestine, les chiffres ont atteint un niveau record, avec 3541 cas de divorces en 2018.

Un juge a attribué la hausse des taux à une « faillite morale », et il pense aussi que les Arabes redéfinissent leurs valeurs pour s’adapter aux normes occidentales. « Si le mari tente de réaliser ses aspirations et agit comme s’il était célibataire, et que les femmes font de même, l’effondrement des valeurs familiales et sociales est inévitable », a-t-il dit à Middle East Monitor.  Il est important de préciser que 54% des demandes sont faites par des femmes. « Ici, nous pouvons dire que les femmes prennent clairement l’initiative de demander le divorce plus souvent que les hommes », le juge a expliqué.

Comme en Palestine, l’Arabie Saoudite connaît chaque année l’un des taux de divorce les plus élevés. Les dernières enquêtes font état de 53000 cas, soit 45% du nombre total de mariages.

« L’injustice, le manque d’honnêteté et de confiance, et la confusion sont les caractéristiques des cas de divorce dans le Royaume », peut-on lire dans un rapport. Ce même rapport cite « une nouvelle culture urbaine, les technologies modernes de l’information, l’éducation et l’emploi des femmes » comme les causes de divorce. Comme c’est le cas pour les Palestiniens, les femmes saoudiennes demandent plus que jamais le divorce. Cependant, l’adultère étant un crime majeur en Arabie Saoudite, les cas d’infidélité sont rarement déclarés.

Cette augmentation du nombre de femmes qui demandent le divorce s’inscrit parfaitement dans les tendances mondiales. Le taux de divorce mondial a augmenté de 251% depuis 1960, juste au moment où les mouvements des droits des femmes ont commencé à former dans le monde entier. Ce n’est donc pas étonnant qu’à mesure que les femmes de la région se tournent vers l’éducation et font pression pour l’égalité des sexes, les taux de divorce augmentent.

L’augmentation du nombre de divorces devrait donc être attribuée à un effort en faveur de l’égalité des sexes plutôt qu’à une “faillite morale”.

Et comme le montrent les tendances mondiales, l’infidélité est la deuxième cause de divorce la plus fréquente, à hauteur de 20 %.

Donc, si le nombre croissant de divorces dans la région est un signe de quelque chose (en plus d’être le signe d’une évolution vers l’égalité des sexes), c’est que les Arabes trompent tout autant que les autres.

Partagez cet article