8 architectes arabes qui ont façonné le monde

Il n'y a pas que Zaha Hadid

by

De l’emblématique bâtiment Yacoubian du Caire à la Grande Poste centenaire d’Alger, la région ne manque pas d’incroyables bâtiments historiques qui ont résisté à l’épreuve du temps. 

Pendant des siècles, l’architecture arabe et islamique a donné naissance à des styles traditionnels et à des sites du patrimoine mondial aujourd’hui étudiés dans le monde entier pour leur niveau de détail et leur savoir-faire.

C’est ce riche patrimoine architectural qui a ouvert la voie aux architectes arabes modernes. Aujourd’hui, ils ne se contentent pas de faire revivre les techniques traditionnelles, mais fusionnent l’héritage avec les designs contemporains, pour concevoir certains des bâtiments les plus étonnants du monde. Et aujourd’hui, nous voulons leur rendre hommage.

Voici les architectes arabes qui ont façonné la scène architecturale de la région au cours des cinquante dernières années.

Bernard Khoury

Le designer libanais est l’homme derrière l’emblématique bunker club B018 de Beyrouth. Son style expérimental et ultramoderne se retrouve dans des constructions du monde entier, du parc Tumo en Arménie à Santa Cesarea en Italie. Khoury est à l’origine d’un grand nombre de projets architecturaux dans la région, notamment l’Ajman Resort aux Émirats arabes unis, les jardins suspendus de Manama et une série de bâtiments au Liban, comme le Grand Hôtel de Beyrouth. Il est également le cofondateur de l’Arab Center for Architecture (une association pour la préservation et la transmission du patrimoine bâti arabe moderne).

Rasem Badran

Badran est l’architecte jordano-palestinien à l’origine du célèbre King Abdulaziz Historical Centre à Riyadh. Il est connu pour sa capacité à fusionner les valeurs culturelles héritées de l’histoire avec un style contemporain. Parmi ses autres œuvres figurent la grande mosquée et le palais de justice de Riyad, ainsi que l’université islamique internationale de Malaisie à Kuala Lumpur. En 2019, il a reçu le très estimé prix architectural Tamayouz pour l’ensemble de ses réalisations.

Ammar Khammash

La nature et l’environnement ont toujours été au cœur de l’œuvre de Khammash. L’architecte jordano-palestinien est connu pour concevoir des bâtiments dont l’empreinte carbone est faible ou nulle, dans un style architectural jordanien traditionnel. Il utilise des matériaux naturels d’origine locale, ainsi que des techniques de sculpture sur pierre et des détails rocheux. Certaines de ses travaux notables sont la mosquée blanche de Nazareth, l’écolodge de Feynan et la réserve naturelle de Wadi Al Mujib en Jordanie.

En 2019, il est devenu le premier architecte arabe à remporter un prix mondial de durabilité, le Global Award for Sustainable Architecture.

Rifat Chadirji

Cet architecte né à Bagdad et cofondateur du cabinet d’architecture et d’ingénierie primé Iraq Consult, a conçu plus de 100 bâtiments en Irak. Dans les années 80, il a été élu membre honoraire du Royal Institute of British Architects et de l’American Institute of Architecture, et a aussi enseigné la philosophie à l’université de Harvard. Son héritage à Bagdad est unique, avec des bâtiments tels que le bureau de poste central, la villa Hamood et l’Académie des sciences. Il a également travaillé sur des constructions dans la région comme le centre médical et la clinique dentaire de Dharan et le théâtre national d’Abu Dhabi.

Suad Amiry

Cet architecte palestinien a fondé en 1991 le Riwaq Centre for Architectural Conservation, un projet visant à faire revivre et à préserver le patrimoine architectural de la Palestine. La mission de son projet des 50 villages consistait à réhabiliter certains des centres historiques les plus importants de Palestine. Amiry est également l’auteur de livres à succès, dont Sharon and My Mother-in-Law, traduit en 19 langues.

Hassan Fathy

Cet architecte égyptien, aujourd’hui décédé, était un pionnier de l’architecture arabe traditionnelle, qui utilisait souvent la conception architecturale nubienne et les matériaux de la région. Son incroyable travail dans le village de New Gourna combine durabilité et design communautaire et modeste. Construite près de Louxor entre 1945 et 1948 (un endroit où le gouvernement égyptien devait reloger jusqu’à 20 000 « pilleurs de tombes » qui avaient pendant plus de dix ans pillé les tombes anciennes dans la vallée des rois). Son projet New Baris, au centre de l’Égypte, a été construit pour accueillir 250 familles d’agriculteurs après la découverte d’un grand puits d’eau qui aurait pu irriguer des milliers d’hectares de terres auparavant arides.

Basil Al Bayati

L’architecte irakien Basil Al Bayati a passé la majeure partie de sa carrière de 50 ans à travailler sur des bâtiments en Europe, de la mosquée centrale d’Édimbourg aux Hyde Park Gate Mews à Londres. Pionnier de l’architecture métaphorique (un mouvement architectural du milieu du XXe siècle en Europe qui consiste à utiliser l’analogie et la métaphore comme principale source d’inspiration pour la conception), ses designs s’inspirent d’éléments naturels comme les plantes, les escargots ou les baleines, et même des mythes et de la littérature. Il a travaillé sur de nombreux projets en Arabie saoudite, notamment le centre culturel Ad-Dariyya et la mosquée des Palmiers à Riyad. Il est également le fondateur de l’École internationale d’architecture métaphorique à Malaga, en Espagne.

Zaha Hadid

La liste ne serait pas complète sans l’icône Zaha Hadid. L’architecte irakienne, aujourd’hui décédée, a révolutionné le secteur de l’architecture grâce à ses conceptions aux courbes défiant la géométrie. Elle est à l’origine de l’un des bâtiments les plus incroyables au monde, notamment l’étonnante Serpentine Sackler Gallery à Londres et le Heydar Aliyev Centre en Azerbaïdjan. Elle est devenue la première femme à recevoir le prix Pritzker d’architecture en 2004 et est également devenue la première et la seule femme à recevoir la médaille d’or royale du Royal Institute of British Architects. Elle a également travaillé sur des sites sportifs remarquables, notamment le centre aquatique de Londres pour les Jeux olympiques de 2012 et le stade Al Wakrah au Qatar, en cours de construction pour la Coupe du monde de football de 2022.

Partagez cet article