21 artistes marocains révolutionnaires s’unissent dans une nouvelle exposition

IM(PULSION) est l'exposition qui lutte pour l'égalité dans le monde de l'art

by

Les conversations sur l’antiracisme et la représentation prennent aujourd’hui une ampleur mondiale. De nombreuses marques et institutions artistiques, dans leur élan de solidarité avec le mouvement Black Lives Matter, ont su tirer parti du travail et du talent des personnes de couleur pour réaffirmer leur présence dans le débat actuel sur la race. Malgré un sentiment d’inclusion qui se profile, il n’y a encore que très peu de plans concrets pour changer les choses.

C’est là qu’interviennent Omar Benmoussa, Amina Debbiche, Oussama Garti et Hamza Slaoui. Le collectif de passionnés d’art marocains et tunisiens a décidé de lancer Interval (un collectif né sur Zoom pendant le confinement), dans le but d’élargir l’accès à l’art, de soutenir les artistes émergents, et de faire participer davantage le jeune public aux conversations sur l’identité et la culture. Et surtout, Interval espère devenir une voix collective pour les Arabes et les Africains sur la scène artistique.

View this post on Instagram

J-1 until the launch of the digital sale! ⚡️ INTERVAL is proud to announce the launch of its very first action « IM(PULSION) » which will go live tomorrow on the 22nd of JULY at 4:00 pm (GMT +1) and will take place on: theopencrate.com @theopencrate This sale brings together 21 Moroccan artists and will support INSTITUTE TAHAR SEBTI (ITS). INSTITUTE TAHAR SEBTI is an association recognized as public interest since 1956. The ITS is an inclusive school, welcoming children in vulnerable and/or disabled situation. Through this project, we hope to support and promote their innovative and alternative educational model, which aims to be implemented in other schools throughout Morocco. A detailed impact assessment will be shared at the end of the action. The 21 Moroccan artists that will be part of the digital sale: YTO BARRADA (@ytobarrada) SAID AFIFI (@said_afifi_studio) OUSSAMA GARTI (@garti.o) MO BAALA (@mobaala) AMINE EL GOTAIBI (@amine.elgotaibi) AMINA AGUEZNAY (@aminaagueznay) ABDELAZIZ ZERROU (@abdelaziz_zerrou) YASMINE HATIMI (@yamsine9) HASSAN DARSI (@hassandarsi) MOHAMED LEKLETI (@mohamedlekleti) YACOUT KABBAJ (@yacoutkabbaj) YOUNES ATBANE (@atbane_youness) MORAN BEN LAHCEN (@morran_studio) SAFAA ERRUAS (@safaaerruas) M’HAMMED KILITO (@mhammed_kilito) HICHAM MATINI (@matinihicham) NAFIE BEN KRICH (@nafiebenkrich) AMINA REZKI (@aminarezki2) MOHAMED THARA (@mohamedtharaofficiel) SIMOHAMMED FETTAKA (@simohammed_fettaka) YOUSSEF OUCHRA (@youssefouchra) Background Image: Said Afifi, Yemaya, 2020, Photographic print (Closeup)

A post shared by INTERVAL (@interval____) on

Après avoir organisé le 22 juillet leur premier webinaire, qui a réuni la conservatrice d’art tunisienne et directrice exécutive de la Renaissance Society de Chicago, Myriam Ben Salah, l’artiste marocaine Meriem Bennani, basée à New York, ainsi que le rappeur Shobee, basé à Casablanca, le collectif a lancé sa première exposition intitulée IM(PULSION).

Présentant les œuvres de 21 artistes marocains, IM(PULSION) est une exposition numérique qui se déroulera jusqu’au 22 septembre. Toutes les recettes seront versées aux artistes sélectionnés et à l’Institut Tahar Sebti, une école à but non lucratif pour les enfants vulnérables et handicapés au Maroc.

« IM(PULSION) » vient d’une forte envie de lancer une conversation sur la culture en Afrique et au Moyen-Orient. Nous voulions créer une action indépendante qui pourrait rassembler des artistes ayant un même fil conducteur : le fait que leur engagement envers leur pratique est inconditionnel. Lorsqu’une petite graine est plantée, vous pouvez avoir l’obsession/l’envie de faire tout ce qui vous plaît », explique Amina Debbiche, 31 ans, cofondatrice du collectif.

« Ce sont des artistes qui partagent avec nous le désir de démystifier le processus qui sous-tend la pensée créative afin que l’art puisse rallier plus de gens et surtout les jeunes de notre région. Avec Interval, nous espérons combler l’énorme fossé entre l’artiste et le public grâce à de nouveaux outils innovants », explique Oussama Garti, architecte marocain de 24 ans. 

Avec un programme ambitieux de discussions, de webinaires et d’actions numériques en préparation, pour Interval, l’objectif est simple : « il est temps de réellement montrer ce que c’est que d’être arabe et noir”.

Découvrez l’exposition ici.

Partagez cet article