7 films tunisiens emblématiques à regarder

Plongez dans l’industrie méconnue du film tunisien

by

Pendant longtemps, le cinéma arabe a été synonyme de cinéma égyptien. Ce qui est compréhensible quand on voit les grandes productions cinématographiques du pays qui ont propulsé de nombreux acteurs arabes à Hollywood

Sa voisine, la Tunisie, a discrètement réussi à se forger une industrie cinématographique respectable au cours du temps. Depuis les années 1920, l’industrie tunisienne du film connaît une croissance considérable, malgré son manque de notoriété dans le milieu. 

Avec des films qui abordent des sujets considérés comme tabous dans la région, il n’est pas surprenant que l’industrie soit restée locale pendant si longtemps. Mais depuis que les  thèmes abordés dans le cinéma arabe sont de plus en plus variés, il est temps que cela change.

Si vous ne connaissez pas l’industrie cinématographique tunisienne, voici les meilleurs films tunisiens à regarder.

Un été à La Goulette

A Summer in La Goulette

S’il y a un film tunisien à regarder, c’est bien Un été à la Goulette. Le film sorti en 1996, et réalisé par le cinéaste Ferid Boughedir, est un classique tunisien. Le film voit un groupe d’amis (composé d’une fille juive, musulmane et catholique) grandir dans le quartier de La Goulette, et qui décident de perdre leur virginité. 

Les Silences du palais

The Silences of the PalaceLes Silences du palais de Moufida Tlatli, qui a marqué les débuts de Hend Sabry en tant qu’actrice, aborde également de manière pertinente les questions liées au genre. Situé dans la Tunisie des années 1950, le film est centré sur une jeune femme, Alia, qui retourne au palais où sa mère travaille comme servante et sert de maîtresse au prince.

Satin Rouge

Satin Rouge (Red Satin) - TunisiaSorti en 2002, Satin Rouge a été le premier film de Raja Amari en tant que réalisatrice. Le film est un manifeste féministe à plus d’un titre. La réalisatrice et scénariste tunisienne a choisi Hiam Abbass pour incarner Lilia, une veuve qui se retrouve par hasard dans un cabaret, et décide de mener une nouvelle vie. 

Bab’Aziz, le prince qui contemplait son âme

Bab’Aziz Le Prince Qui Contemplait son Âme (The Prince Who Contemplated His Soul) - TunisiaL’histoire commence avec Bab’Aziz, un derviche aveugle qui erre librement dans le désert avec sa petite-fille, à la recherche d’une rencontre soufie mystique qui se produit une fois tous les 30 ans.  

Dachra

DachraBien qu’il soit sorti en 2018, Dachra est entré dans l’histoire comme le premier film d’horreur tunisien. Le film, réalisé par Abdelhamid Bouchnak, suit l’histoire d’un étudiant en journalisme et ses amis coincés dans un village isolé alors qu’ils tentent de résoudre une affaire criminelle vieille de plusieurs décennies. 

Halfaouine, l’enfant des terrasses

Halfaouine: Child of the TerracesUne autre œuvre emblématique de Ferid Boughedir en Tunisie. Le film voit Noura (un garçon de 12 ans en pleine puberté) explorer sa curiosité sexuelle. Ce qui lui vaut d’être interdit dans les hammams où il avait l’habitude d’aller avec sa mère, notamment à cause de ses regards indiscrets qu’il porte sur ses voisines.

Essaida

Essaida
Réalisé par Mohamed Zran, Essaïda plonge au cœur des réalités de la vie dans les quartiers pauvres de Tunis. Le film commence par la rencontre fortuite d’Amine et de Nidal dans le centre-ville de Tunis. Nous voyons ensuite Amine, un peintre vivant dans le quartier chic de Carthage, se confronter aux disparités socio-économiques de Tunis en se liant d’amitié avec Nidal, un jeune garçon qui passe ses journées à mendier de l’argent.

Partagez cet article