Français aujourd’hui, immigrés demain ?

Le sens que la société française donne à la coupe du monde

byAmina Kaabi

Depuis que l’Europe vit une véritable crise liée aux réfugiés syriens, le sujet de la migration a  été sur toutes les lèvres pendant les dernières années. Ces derniers jours, cette problématique a été remise au centre des préoccupations, mais cette fois, c’est la victoire de l’équipe de France qui a agi comme un catalyseur.

 

Parmi les 23 joueurs de l’équipe, 14 sont immigrés, de la première ou de la deuxième génération.

 

La diversité ethnique de l’équipe a fait couler beaucoup d’encre et a inspiré des articles attribuant la victoire à l’Afrique. Les gens faisaient référence à l’équipe de France comme “la dernière équipe Africaine en course”. “Les Bleus” sont devenus non seulement des héros nationaux mais aussi le nouveau visage de l’immigration en France ; le fruit de sa diversité. Cette victoire nous pousse à poser la question de ce que signifie être Français aujourd’hui.

 

La réponse est variable selon la personne à qui on demande. Pour la politicienne d’extrême droite Marine Le Pen, “les sociétés multiculturelles sont des sociétés multi-conflictuelles”, et ses opinions anti-immigration ont trouvé un important écho lorsqu’elle a creusé son sillon jusqu’au second tour de l’élection présidentielle. Pour Marine Le Pen et ses partisans, être Français c’est préférer la culture blanche et être laïque.

 

La victoire de la coupe du monde étant due à une équipe qui reflète la diversité de la société française et ayant été célébrée par tous y compris par ceux qui s’opposent à l’immigration, les noirs et les arabes de France ont une lueur d’espoir d’être finalement considérés comme autant Français que leurs concitoyens blancs et non musulmans.

 

Ce n’est pas tant la victoire en elle même mais la manière dont “Les bleus” ont été par la suite portés au firmament sans que leurs origines africaines ne remettent en cause leur appartenance à la France, qui a ébauché l’idée d’une vie sans que les identités des migrants soient remises en question. Ils sont aussi Français qu’ils sont Noirs, Arabes, Camerounais, Algériens, Maliens et Ivoiriens.

 

Malheureusement, cela signifie aussi qu’avoir une identité qui ne puisse être contestée par autrui est synonyme d’être agile et d’être un sportif talentueux qui puisse accéder à l’équipe de France et marquer des buts.

 

Les immigrés en France (noirs, arabes ou autres) doivent réussir et briller dans une certaine élite pour avoir le droit d’être des Français à part entière. Si la réussite est synonyme d’acceptation, la société leur accole souvent le titre de “success story d’immigré”, qui est en fait extrêmement réducteur. Ces “success story d’immigrés” portent les sous entendus que les minorités ethniques doivent redoubler d’efforts pour être perçues à leur juste valeur.

 

Finalement, cela réduit les minorités à des individus qui ne doivent avoir que les caractéristiques que la société leur impose.

 

Tandis que la victoire de la coupe du monde et la célébration qui en a découlé ne reflètent pas nécessairement  les réalités de la société Française, elle nous donne un aperçu de ce que ça pourrait être si l’identité française et le patriotisme n’était pas réfutée dès lors qu’ils sont multiples.

 

Un monde sans problèmes migratoires est un monde où les migrants ne se retrouvent pas mis face à des ultimatums identitaires. C’est un monde où l’on ne doit pas forcément être soit français soit africain, ou moitié l’un et moitié l’autre. C’est un monde où l’on peut vivre en conservant entièrement les deux identités, où l’identité hybride afro-française représente incontestablement les deux à parts égales.

 

C’est ce que les deux tiers de l’équipe de France vivent. Même si ce n’est pas très clair pour tout le monde, c’est ce que l’on est en train de célébrer. L’identité afro-française de l’équipe fait de cette coupe du monde une célébration du Français, de l’Africain et du Franco-Africain.

Partagez cet article