Écoutez la playlist estivale de Missy Ness

La DJ franco-tunisienne mixe le rap jordanien avec Cypress Hill

by

Missy Ness, une Franco-tunisienne de 32 ans, a une relation familiale avec la musique. Ses parents écoutaient beaucoup de musique arabe à la maison, tandis que son frère était un grand fan du hip-hop français et américain des années 90. Il passait ses journées à écouter des rappeurs tels que Notorious B.I.G, Tupac et NTM.

«Mon introduction au DJing a quelque chose à voir avec le fait que mon frère était propriétaire de nombreuses mixtapes», dit-elle avant d’ajouter, «son ami était aussi un DJ et je voulais vraiment être comme lui». Malgré les influences familiales, Missy Ness a retrouvé son équilibre et a élargi son répertoire à la batterie, à la basse, à la techno (avec laquelle elle a commencé à jouer quand elle était adolescente, devenant rapidement la première femme à faire du DJ en Tunisie).Et depuis son entrée dans l’industrie de la musique, elle a parcouru la région et créé des liens avec une myriade d’artistes émergents, ce qui la positionne comme l’une des voix féminines les plus importantes de la scène musicale underground.

«Ce n’était pas facile pour ma famille et mes proches de comprendre ce que je faisais», explique-t-elle. Elle explique comment elle a navigué en tant que DJ au sein d’une culture qui ne connaît pas beaucoup la scène musicale. Mais en utilisant la piste de danse comme plate-forme pour connecter des artistes et créer des communautés, Missy Ness rend la fête subtilement politique. Comme elle le dit si bien, « je veux ouvrir une fenêtre orientaliste non kitsch sur le monde arabe et au-delà ».

Une des choses qui rend Ness vraiment épanouie est la capacité de rassembler des gens du monde entier autour de leur plaisir partagé de la musique. « J’étais presque en larmes à cause de la magie », a-t-elle déclaré à propos d’un parti « Latin Latin » organisé l’année dernière à Paris, où elle avait invité le rappeur palestinien Shadia Mansour et la rappeuse guatémaltèque Rebecca Lane à étape.

L’été à nos portes, nous avons demandé à Missy Ness de créer une playlist ensoleillée pour les longues journées chaudes et brumeuses.

Cypress Hill feat. Sadat and FiftyCents – Band of Gypsies

Ce morceau ouvre ma nouvelle mixtape, Urban Treasures. Il s’agit d’un voyage psychédélique entre la culture latino-américaine aux États-Unis et la culture de la rue en Égypte. Je l’aime bien!

Grup Ses and Da Poet – Plak 

Ce morceau est également sur ma mixtape et j’ai choisi de la faire figurer dans la playlist parce que je voulais mentionner à la fois Grup Ses et Da Poet. Ils sont très emblématiques d’une vague de producteurs extraordinaires en Turquie. Cela correspond parfaitement à mes goûts musicaux, car il combine subtilement hip-hop et beat beat avec de l’électronique et des sons du Moyen-Orient, sans aucun élément kitsch. Da Poet est un producteur et aussi un rappeur très talentueux.

Alsarah & The Nubatones – Men ana 
J’ai découvert cela au bar La Grotta à Ramallah. Shadi, la propriétaire, jouait cinq fois par nuit sur sa chanson Ya Habibi! Elle a laissé tomber cette belle piste en hommage aux luttes de la révolution en cours au Soudan. J’aime aussi les visuels créés pour la piste.

Flying Lotus featuring Anderson Paak – More

J’étais heureuse d’entendre cette collaboration de deux artistes qui ont tous deux un sens aigu de la mélodie et de la musicalité. Je serai toujours impressionné par la façon dont la culture hip-hop américaine allie exigence et mainstream.

The Synaptik featuring Mehrak – ريتالين (Ritaline) 
Il est probablement le rappeur le plus important du Moyen-Orient maintenant. Son public grandit chaque jour et je suis très heureux pour lui. J’aime ses écrits et c’est un bel être humain. Mehrak me brise littéralement le cœur avec ses vers. Quelle voix puissante! Il figure également sur l’album d’El Rass. Je suis heureux de mentionner ces trois grands MC. Ils savent produire un son de rap très contemporain sans tomber dans un «piège» commercial.

Coops – Cold World

Ce morceau est tiré de son album sorti l’année dernière sur High Focus Records. C’est très intéressant car c’est une fusion parfaite d’un flux britannique et d’une ambiance BoomBap US East Cost sans avoir l’air «old school». À un moment donné, son écriture a beaucoup en commun avec J. Cole (un de mes rappeurs préférés actuellement).

Rebeca Lane featuring Zaki – Soy centroamericana

J’adore le fait que leur musique soit à la fois consciente et artistique.

Partagez cet article