L’Ethiopie a élu sa première présidente

Sahle-Work Zewde devient la première femme chef d’un état africain

byAmina Kaabi

En matière de leadership mondial, ce n’est un secret pour personne que les femmes n’occupent toujours pas le même nombre de postes que les hommes. Parmi les 195 nations souveraines du monde moderne, seules 59 ont été dirigées par des femmes, Sirimavo Bandaranaike (Sri Lanka) ayant ouvert la voie en tant que première femme dans le monde à être premier ministre en 1960.

 

Depuis, les progrès ont ralenti et le nombre d’hommes est toujours supérieur à celui des femmes, même dans les pays les plus progressistes du monde. Mais aujourd’hui, un pays africain offre au monde une lueur d’espoir. L’Éthiopie vient de rejoindre les rangs du progrès après avoir élu Sahle-Work Zewde comme première femme présidente.

 

Zewde a prêté serment après que son prédécesseur Mulatu Teshome eut annoncé sa démission au bout d’un mandat de cinq ans.

 

Son élection intervient après une semaine de remaniement ministériel mené par le premier ministre du pays, Abiy Ahmed (actuellement le plus jeune dirigeant africain à 41 ans), au cours de laquelle il a nommé des femmes pour occuper la moitié des postes  ministériels du gouvernement.

 

Sahle-Work Zewde a déjà été ambassadeur d’Éthiopie au Sénégal, à Djibouti et en France. Elle a également occupé le poste de représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, parmi d’autres postes au sein de l’ONU au long de toute sa carrière diplomatique.

 

Lors de son élection, qui était un symbole fort, Fitsum Arega, chef du cabinet du Premier ministre, a tweeté: «Dans une société patriarcale telle que la nôtre, la nomination d’une femme à la tête de l’Etat définit non seulement la norme pour l’avenir, mais normalise également les femmes comme décideuses dans la vie publique”.

 

Partagez cet article