Exclusif : Boyfriend, une marque unisexe à garder à l’oeil

“Minimal, subliminal et sans genre déterminé”

bySarah Ben Romdane

Amine Jreissati, directeur artistique et styliste libano-brésilien de 35 ans, a décidé d’ajouter la mention ‘designer’ à son CV. C’est ainsi qu’il a lancé Boyfriend, sa ligne de vêtements unisexe il y a six mois – l’idée lui trottait dans la tête depuis deux ans, a-t-il avoué.

 

 

 

Ces derniers mois, la région a connu une formidable impulsion de talents locaux, innovants et audacieux, comme Faissal El-Malak ou Arwa Al Banawi pour n’en nommer que quelques-uns. Pourtant, Jreissati estime qu’il y a encore bien de la place pour de nouveaux vêtements basiques, à la fois confortables et pleins d’imagination.

 

 

 

Avec sa devise “minimal, subliminal et sans genre déterminé”, le designer a tendance à perturber les traditions et les comportements régionaux, à travers la simplicité et une subtile attention aux détails : “J’achète parfois des vêtements pour femmes et je vois des femmes porter des vêtements d’hommes. Il ne devrait pas y avoir de règles en la matière, et je veux encourager les gens dans le monde arabe à ne plus se soucier du genre pour ce qui est de la mode », dit-il.

 

 

 

Fortement sensible aux valeurs d’égalité et de progrès, Jreissati a l’ambition d’enfreindre les règles et de promouvoir l’émancipation à travers sa marque. “De nos jours, affirme-t-il, il y a un désir sans frontières de construire un monde plus égalitaire et plus inclusif. Je crois vraiment au potentiel de la richesse culturelle et artistique de la région et à travers les vêtements que je conçois, je veux faire partie de ce changement.”

 

 

 

Sa nouvelle collection est disponible en exclusivité à 06:05 Concept-Store à Beyrouth

Partagez cet article