Une exposition cinématographique pour renvoyer au colonialisme

Des histoires pour se retrouver soi-même, du Maroc, du Nigéria et du Sénégal

byAmina Kaabi

Au Barbican, en 2018, beaucoup de choses changent. En annonçant son programme, The Art of Change (L’Art du changement), qui comprendra une série d’expositions explorant les questions sociales et politiques à travers le monde, l’institution londonienne a voué cette année à la réflexion.

 

En 2017, le Centre avait mis en avant les femmes, avec une exposition de puissants récits de femmes centrés sur des points de vue féminins ; cette année, le monde de l’art se tourne vers le colonialisme. Ainsi, dans le cadre de sa programmation pour 2018, le Barbican présente Returning the Colonial Gaze, que l’on pourrait traduire par “Retour du regard colonial vers l’envoyeur”, et qui est composé de cinq épisodes revisitant les oeuvres de cinéastes issus de pays anciennement colonisés.

 

La série a pour but de remettre en question les perspectives dominantes en mettant en avant des films de réalisateurs issus de Mauritanie, du Sénégal, du Maroc et du Nigéria, qui ont tous contesté les narratifs coloniaux français en se réappropriant leur propre culture et en racontant leurs propres histoires.

 

L’exposition mettra en vedette des films postcoloniaux clés des années 50 à 70, parmi lesquels le film à petit budget Soleil O du réalisateur mauritanien Med Hondo, qui raconte l’histoire d’un émigré noir à Paris et ses expériences du racisme et de l’injustice au quotidien.

 

Les films marocains The East Wind (El chergui), Si Moh et The Unlucky Man seront également présentés. Ces oeuvres, réalisées par Moumen Smihi au début des années 1970, ont constitué l’une des premières tentatives de représenter la culture marocaine de l’intérieur. L’une d’entre elles parle de ce que vit un travailleur émigré en France, une autre se déroule à Tanger, la veille du jour où le Maroc a conquis son indépendance.

 

Returning the Colonial Gaze, du 2 au 30 mai, au Barbican, Londres

thebarbican.org

Partagez cet article