Haifaa Al Mansour est de retour en Arabie saoudite pour un nouveau film

La réalisatrice nommée aux Oscars est de retour

byMILLE team

2012 a été une grande année pour la réalisatrice saoudienne Haifaa Al Mansour. Avec la sortie de son drame Wadjda, la réalisatrice n’est pas seulement devenue la première réalisatrice à tourner un film dans le royaume conservateur, mais elle est aussi devenue la première réalisatrice saoudienne.

 

Cette année encore, la réalisatrice écrit l’histoire une fois de plus, cette fois-ci parce qu’elle a été choisie pour diriger le premier film soutenu par le Saudi Film Council, qui vient d’être créé.

 

Le conseil est la première organisation cinématographique d’Arabie saoudite. Créée en mars 2018, l’institution a été créée dans le but de développer et de soutenir l’industrie cinématographique dans le royaume. Cette institution se forme après la récente levée d’une interdiction vieille de 35 ans sur le cinéma, suite  aux réformes progressistes lancées par le prince héritier Mohammad Ben Salman, après quoi le pays a vu sa première projection publique qui marque une ère d’épanouissement pour cette industrie.

 

La production du prochain film d’Al Mansour, intitulé The Perfect Candidate, devrait commencer à Riyad en septembre prochain. Contrairement à son expérience de tournage de Wadjda (où la réalisatrice a été contrainte de diriger à distance via talkie-walkie afin de respecter les règles strictes du pays en matière de mixité), cette fois Al Mansour sera présente sur le tournage, dirigeant sur place.

 

Ironiquement, The Perfect Candidate d’Al Mansour est un miroir de la société du royaume conservateur. Le film est centré sur l’histoire d’une jeune femme médecin avec des aspirations politiques – qui décide ensuite de se présenter aux élections municipales alors que son père part en voyage.

 

Le film aborde des sujets allant du patriarcat, des normes sociétales et de la ségrégation sexuelle, et se veut une célébration des nouveaux changements intervenant dans le Royaume, notamment en ce qui concerne les droits des femmes et la renaissance d’une scène créative.

Partagez cet article