Pourquoi la mode pudique est elle devenue une tendance?

A San Francisco, une exposition explore la “mode musulmane”

byAmina Kaabi

Au terme d’un dur travail de recherche et de planification qui a duré deux ans, le Fine Arts Museum de San Francisco a annoncé la date d’ouverture de l’exposition la plus attendue de l’année.

 

L’exposition, intitulée Contemporary Muslim Fashion et qui ouvrira le 22 Septembre, est la première exposition de ce genre, et  explorera l’évolution de la mode musulmane, des abayas que portent les femmes du Golfe aux turbans qui sont si répandus en Amérique et en Europe.

 

Courtesy of Amalina Aman

 

Bien que l’exposition ait pour objectif d’exposer les vies et les gardes robes des musulmans d’hier et d’aujourd’hui (peut-être même de célébrer les Musulmans et l’Islam), l’exposition pose la question des prémisses sur lesquelles elle repose et, pour l’instant, ni le musée ni les commissaires d’exposition n’ont su y répondre.

 

Sur son site web, le musée parle d’une “conscience accrue de l’importance que peut avoir le vestiaire musulman dans l’industrie mondiale de la mode”. Lorsque Les Inrocks a questionné les deux curatrices Jill d’Alessandro et Laura Camerlengo (qui ne sont ni arabes ni musulmanes) sur leurs intentions, elles ont évoqué la présence de population musulmane dans les quartiers alentours du musée.

 

Le plus parlant est encore ce qui suit: leur plus grande motivation dans la conception de cette exposition. Les deux curatrices poursuivent en parlant du fait que la “mode pudique” a été propulsée dans la constellation des marchés les plus importants du monde. Elles citent parmi leurs sources les rapports Thomson Reuters et DinarStandard qui détaillent les 18% d’intérêts en pouvoir d’achat que la mode pudique a rassemblé cette année.

 

Cette information n’est ni nouvelle ni surprenante. La force du pouvoir d’achat des consommateurs musulmans est connue de tous. Un nombre croissant de marques porte une attention tout particulière à leur clientèle moyen-orientale et aux pays musulmans durant les dernières années. En 2017, le premier hijab Nike a été lancé, et quelques années avant, Dolce & Gabbana, et quelques autres marques de luxe, se sont tournés vers le Golf en créant des collections inédites pour fêter Ramadan et l’Aïd.

 

Courtesy of Dolce & Gabbana

 

Malgré l’évident intérêt capitaliste derrière ses projets, ce nouveau tournant a été très largement célébré.

 

D’une certaine manière, nous devrions nous réjouir de ces tentatives d’inclure notre région, et notre religion, dans le dialogue économique et culturel mondiale. En fin de comptes, le pouvoir d’achat que possède la région ne peut objectivement pas être ignoré ou mis au dernier plan.

 

Malgré tout, il est important de faire la part des choses dans les histoires qu’on nous raconte pour éviter les écueils d’un capitalisme faussement inclusif.

 

Quant à l’exposition du San Francisco’s Fine Arts Museum, peut-être offrira-t-elle, au grand public, une nouvelle perspective sur le style musulman qui pourrait s’avérer bénéfique dans un pays où le “Muslim ban” a été mis en place. Il n’en reste pas moins qu’on ne peut ignorer que l’institution se saisit d’une opportunité capitaliste, comme d’autres l’ont fait avant elle.

 

Photo courtesy of Faiza Bouguessa

Partagez cet article