Des photos envoûtantes de femmes dans le désert

Le photographe marocain qui célèbre la femme dissimulée aux regards

bySarah Ben Romdane

Mous Lamrabat, un photographe marocain de 35 ans, est obsédé par les voiles depuis son plus jeune âge. Sa dernière série, constituée de femmes en niqabs brillants et de toutes les couleurs, insiste sur ces tissus qui recouvrent entièrement ses sujets et, en quelque sorte, les emmaillote. “Lorsque l’on regarde une image, notre attention se porte habituellement sur les yeux de la personne représentée. Je crois que le fait de cacher le regard de quelqu’un permet au spectateur de se concentrer sur un autre aspect de l’image. En perturbant les perceptions et les émotions des gens, leur réflexion s’intensifie”, dit Lamrabat.

 

 

 

Recouvertes de la tête aux pieds d’un matériau soyeux, les femmes se transforment en sculptures majestueuses. Elles apparaissent comme intrépides, fortes et élégantes, telles que le photographe les a exaltées. “J’ai toujours cru que les uniformes donnaient du pouvoir et de la classe. En faisant de ces femmes couvertes des sculptures humaines, je veux prouver qu’elles ne sont pas nécessairement vulnérables « , dit-il.

 

 

 

La première source d’inspiration de Lamrabat est le Maroc, et plus particulièrement sa famille. Mais Lamrabat se sentait incompris, déformé dans ses propos et finalement très seul lorsqu’il débattait du monde arabe et de l’islam, lorsqu’il vivait en Belgique. À travers ses photos, il entend défier la stigmatisation qui pèse sur sa communauté, et en particulier sur les femmes musulmanes en s’appropriant, grâce à son art, un narratif jusque-là inédit. “En Occident, elles sont considérées comme des victimes, mais je me souviens avoir vu des femmes travailler dans les champs au Maroc, pendant que les hommes étaient assis dans des cafés toute la journée. Pour moi, dans le monde arabe, les femmes sont en quelque sorte les moteurs des familles. Elles seules sont prêtes à faire changer les choses et à se battre pour y arriver”.

 

mousmous.com

Partagez cet article