Netflix et un fonds arabe soutiennent les réalisatrices avec une subvention de 250 000 $

Menant l'industrie dans la bonne direction

by

Le géant américain du streaming Netflix s’associe au Fonds arabe pour les arts et la culture (AFAC) basé au Liban pour soutenir les femmes cinéastes de la région. Les deux entités fourniront une subvention unique par le biais du Fonds pour l’équité créative de Netflix, qui a été créé l’année dernière, pour amplifier les voix des communautés sous-représentées dans l’industrie du divertissement tout en visant à combler les lacunes en matière de compétences avec des programmes de formation là où ils sont nécessaires.

Lancée début 2021, l’initiative mondiale en est maintenant à son deuxième tour. Cette année, le partenariat cherchera à mettre en lumière les femmes arabes puisque l’investissement fournira aux réalisatrices et aux productrices les moyens financiers, via une subvention unique de 250 000 $, de donner vie à leurs projets de fiction et de non-fiction.

« Le monde arabe a une longue histoire de femmes dans le divertissement, et nous avons eu des succès incroyables et des premières dans la région dont nous sommes tous très fiers », a déclaré Nuha El Tayeb, directrice des acquisitions de contenu, Moyen-Orient et Turquie sur Netflix.

 

« Mais pour donner à plus de gens la chance de voir leur vie se refléter à l’écran, nous avons besoin de plus de femmes derrière et devant la caméra. Le Fonds pour l’équité créative aide l’industrie dans son ensemble à avoir une représentation beaucoup plus dynamique, intéressante et multidimensionnelle des femmes et c’est une étape dans le cheminement pour permettre à plus de femmes de raconter leurs histoires et de faire découvrir leur travail à de nouveaux publics », a-t-elle déclaré.

La cohorte de créatifs triés sur le volet est originaire de Tunisie, du Liban et du Maroc. 5 projets ont été sélectionnés parmi lesquels Asmae El Moudir du Maroc avec le documentaire La Mère de tous les mensonges, Diala Kachmar, Jana Wehbe et Tania Khoury du Liban avec le film De l’autre rive, Le jour où Vladimir est mort ou encore Manity comme Sarra Abidi de Tunisie avec My Name Is Clara.

Répondant enfin aux problèmatiques de genre qui prévalent et persistent encore dans l’industrie cinématographique, la dernière initiative philanthropique de Netflix et de l’AFAC est à célébrer.

 

Image: Still from ‘You Will Die At Twenty’ by Amjad Abu Al Ala

Partagez cet article