Balmain trouve l’inspiration dans le monde arabe pour la dernière collection

Un clin d’oeil à l’héritage récemment découvert d’Olivier Rousteing

by

Il y a des moments dans la vie qui vous changent à jamais. Pour Olivier Rousteing, c’est le jour où il découvre ses origines. Plus tôt cette année, le créateur, qui a été adopté à son plus jeune âge, a appris que sa mère est somalienne et son père éthiopien.

La découverte est décrite dans un prochain documentaire Netflix Wonder Boy, qui devrait sortir le 26 juin. Mais nous avons eu un aperçu de son parcours via sa dernière collection pour Balmain où il occupe un mandat de 10 ans.

Considérez cette collection resort comme une sorte de matérialisation de son identité. Incapable de se rendre en Éthiopie et en Somalie en raison de la pandémie, Rousteing a cherché l’inspiration ailleurs. Il a fait des recherches sur la Corne de l’Afrique, mais c’est l’exposition “ Divas, d’Oum Kalthoum à Dalida ” à l’Institut du monde arabe à Paris qui l’a le plus marqué.

 

Voir cette publication sur Instagram

 
Une publication partagée par OLIVIER R. (@olivier_rousteing)

Le résultat ? Ce que Rousteing a surnommé « peut-être son offre la plus personnelle à ce jour ». Son héritage est visible dans tous les aspects de la collection, faisant référence aux racines africaines de ses parents biologiques, ainsi qu’aux stars du monde arabe, ce qui est particulièrement visible à travers les bijoux.

« Je me suis toujours demandé d’où je venais, pour moi c’est un vrai cadeau de savoir quelles cultures vous avez dans le sang », a déclaré Olivier Rousteing à Vogue.

«Mais même si vous ne le savez pas, vous êtes fier des cultures qui pourraient être dans votre sang. Parce que la France est un mélange de tant de cultures, cette collection parle de ce mélange, ainsi que de mes origines, qui sont à la Corne de l’Afrique, en plus d’être un citoyen du monde », at-il poursuivi.

Partagez cet article