Cet artiste transforme des accessoires islamiques en des pièces contemporaines

Les créations d’Omar Abdellatif explorent la rencontre du Moyen-Orient et de l’Occident

bySarah Ben Romdane

L’artiste Néerlandais-Égyptien âgé de 21 ans Omar Abdellatif a récemment démissionné de son emploi dans le marketing pour se concentrer sur sa personne et pour “faire seulement ce dont j’ai envie”. Le temps libre d’Omar a été occupé par la construction de son Arab Lab, son dernier projet en date dans lequel il fait des expériences sur la mode occidentale et les symboles arabes. “Un peu comme le laboratoire de Dexter” explique-t-il. Cela résulte en une série de créations d’accessoires utilitaires contemporains inspirés par le vestiaire arabe traditionnel. La série porte bien son nom, Arab experiments (ndt.Expériences arabes).

En grandissant à Amsterdam, Omar Abdellatif s’est toujours senti aliéné de son identité arabe. Et comme beaucoup d’autres designers émergents de la région (comme Shukri Lawrence et Yasmine Badran qui utilisent la mode pour exprimer une opinion) Abdellatif reprend contacte avec son arabité par le biais de ses expériences artistiques. “Les choses les plus simples me manquent, comme manger des sandwichs au foul et à la t3miya (des fèves et des falafels) sans avoir l’impression d’être différent”, dit-il. Inspiré par l’histoire du monde arabe, par ses rues, mais aussi par son feed Instagram, Abdellatif a espoir de défier les perceptions et les normes sociales du monde arabe avec Arab experiments.

Même s’il continue cependant à rejeter l’appellation d’art engagé pour son travail, ses créations questionnent des principes comme la laïcité et la neutralité qui sont vus comme objectifs bien que leur définition soient en réalité totalement subjective et occidentale. “Pourquoi le port du thawb n’est toujours pas ordinaire en Occident” demande-t-il avec un brin de provocation.

Pour l’instant, on peut compter parmi ses créations un sac fait à partir de tapis de prière en trois couleurs (green tea, blue wave and red carpet) ainsi qu’une réinterprétation de la banane qu’il appelle la ceinture utilitaire, inspirée par les habits omanais et yéménites “avec de la place pour mettre votre Khanjar ou Janbiya (une petite épée)” ajoute-t-il. “J’aimerai bien pourvoir me balader avec une épée comme ça. Je trouve ça triste que ces traditions ne soient pas plus répandues”.

Influencé par des lieux si contrastés, les créations d’Abdellatif associent à la perfection les éléments de ses deux origines. Si elles conservent des éléments forts des cultures arabes et musulmanes, ses créations revêtent une esthétique très urbaine. À notre époque où le confort est prioritaire, ces Arab experiments sont en fait très portables ; et ce grâce à ses références. Comme il le remarque, “Au bout du compte, ce que je veux créer ce sont des ponts entre les gens en utilisant des représentations tant arabes qu’occidentales.”

Partagez cet article