La scène créative tunisienne est en plein boom

Voici les figures tunisiennes à suivre de près

by

“On n’avait même pas le droit de se faire certaines coupes de cheveux ou de s’habiller d’une certaine manière.” C’est ainsi qu’une Tunisienne de 28 ans m’a décrit les temps avant la révolution en Tunisie. “On n’osait pas parler de politique ou utiliser l’art de manière expressive, nos idées et nos croyances étaient emprisonnées. ”

J’étais trop jeune pour comprendre les changements provoqués par la révolution lorsque j’ai entendu cela. Je n’avais que onze ans à l’époque, mais j’ai appris que le monde dans lequel j’avais évolué en tant que créative est le fruit d’un soulèvement artistique qui a été déclenché par les événements de 2011.

Sous le règne de Ben Ali, la scène créative du pays était surveillée dans les moindres détails. Pendant des années, le dictateur a réprimé la plupart des formes d’expression, ne laissant aucune place à la liberté artistique.

Au cours des dernières années, les artistes et les créateurs ont trouvé leur voie, et une nouvelle vague d’artistes a vu le jour et a trouvé un lieu d’expression pour leur création. Aujourd’hui, dix ans après la révolution, nous sommes ici pour honorer la scène créative tunisienne en plein essor. Voici les créatifs que vous devriez suivre de près.

4lfa

 

Voir cette publication sur Instagram

 
Une publication partagée par 4LFA (@alfa_clumsykid)

En ce qui concerne le rap tunisien, Saif Amri, plus connu sous le nom d’Alfa, est une figure incontournable. Le rappeur est l’un des premiers rappeurs à être originaire du sud de la Tunisie, plus précisément de la ville de Kasserine. Son premier album ‘Kima Na’, sorti en 2018, a connu un énorme succès et ses deux chansons ‘Yawman Ma’ et ‘Beautiful’ ont été vues plus de trois millions de fois chacune sur YouTube.

ST4

Le duo créatif de Sfax, Sadk Kaffel et Yassin Bouzid, se sont rencontrés aux ‘Ultras’, des clubs de supporters de football non officiels, qui étaient le seul endroit où les jeunes osaient s’exprimer sous le régime de Ben Ali. Ils n’ont pas cessé de s’exprimer depuis. Fusionnant la typographie arabe et les graffitis, leurs peintures murales ont lentement couvert de nombreux coins de la nation.

Bachire Tayachi

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par bacha (@bachire_tayachi)

S’il y a un photographe à ne pas rater, c’est bien Bachire Tayachi. Le jeune créatif a récemment pris en photo le film ‘Nouvelle Vie’ de Basscoutur, la campagne régionale 2021 de Fashion Trust Arabia et a réalisé des campagnes pour des marques locales comme Lyoum. Son dernier court-métrage Day Dreaming est une introspection émotionnelle du concept d’identité avec la jeune mannequin prometteuse Mabrouka Fall.

Ilyes Cherni

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Elias Cherni (@ilyescherno)

La carrière du réalisateur tunisien se retrace notamment à travers son travail dans le domaine de la musique. Le jeune cinéaste a tourné le clip « Mantika » de BLTNM et plusieurs clips pour 4lfa. Cherni est à l’origine du studio audiovisuel et cinématographique Hokka Hendy, basé à Tunis, ainsi que de l’initiative Analog Case, une compilation d’expériences artistiques abstraites et expérimentales, inspirées par des faits de la vie quotidienne.

Zied Ben Romdhane

Le photographe tunisien a commencé par la photographie commerciale mais s’est peu à peu passionné pour le documentaire et le photojournalisme. Son travail a été exposé dans le monde entier, de Bombay à Paris en passant par New York et bien sûr la Tunisie. Son premier livre, West of Life, publié en 2018, documente la mélancolie et la rudesse de la vie quotidienne à Gafsa (une région d’extraction de phosphate marginalisée dans le sud-ouest de la Tunisie). Il a également été le directeur de la photographie du docu-film Fallega, qui retrace les débuts du printemps arabe en Tunisie.

Amina Amoniak

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Amina Amoniak (@amoniak)

Née dans la ville côtière de Kelibia, Amoniak est l’une des graphistes les plus prisées du pays. Après une carrière dans la publicité, elle est devenue créatrice indépendante, travaillant sur des projets dans tout le pays et le monde arabe. Cette artiste visuelle est connue pour utiliser ses plateformes sociales afin de mettre en avant non seulement son propre travail, mais aussi celui des autres. 

Abdelhamid Bouchnak

Bouchnak est l’homme derrière le premier film d’horreur tunisien Dachra. Le film montre un étudiant en journalisme et ses amis coincés dans un village isolé alors qu’ils tentent de résoudre une affaire criminelle vieille de plusieurs décennies. Fils du chanteur tunisien Lotfi Bouchnak, il est surtout connu pour Nouba, une série télévisée diffusée pendant le mois de Ramadan, qui dépeint des histoires d’amour et l’art du mezwed traditionnel en Tunisie dans les années 90.

Dora Dalila Cheffi

L’artiste tuniso-finlandaise puise sa force créatrice dans son identité propre. Ayant passé la plus grande partie de sa vie en Finlande, Cheffi s’est installée en Tunisie en 2018 pour acquérir un sentiment d’appartenance. Sa première exposition personnelle, Bitter Oranges, incarnait parfaitement son expérience. Depuis lors, l’artiste s’est intégrée dans la communauté créative tunisienne et internationale, et a exposé sa dernière série ‘Imitating Equilibrium’ dans une exposition personnelle en ligne avec Taymour Grahne Projects. 

Jawher Ouni

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jawher Ouni (@jawher.ouni)

Le photographe plonge dans la beauté de son pays d’origine, du littoral méditerranéen à la ville rurale de Sidi Bouzid, au sud de la Tunisie. Sa photographie dépeint des scènes banales à travers un regard poétique, sincère et simplement chaleureux. Il a toujours été fasciné par la simplicité brute de son environnement et a décidé de la dévoiler à travers son travail de style documentaire. Sa capacité à ajouter un sens personnel de la narration et de l’émotion est prédominante dans ses photos, ce qui lui permet de créer son propre récit et de donner un aspect extraordinaire à la banalité.

Souhayl Guesmi

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Souhayl Guesmi (@ratch0pper)

Le compositeur et pianiste mélange des éléments de romantisme et de modernisme avec la musique traditionnelle tunisienne. Son album Faces est un incontournable. Mais vous avez probablement déjà écouté ses morceaux sur les radios tunisiennes, puisqu’il a produit pour les plus grands rappeurs du pays dont 4lfa et Jenjoon. Au-delà de ses propres productions, Guesmi est la force derrière le label indépendant tunisien Bloc.C.Records, qui regroupe de jeunes artistes émergents.

Partagez cet article