L’art du “Manifesting” S’étend Dans Le Monde Entier

Une immersion dans le nouveau passe-temps favori de la génération Z

by

Si vous êtes sur TikTok, vous avez probablement vu une myriade d’adolescents accomplir des rituels de manifestation pour que leur crush finisse par leur envoyer un message, ou pour que de grosses sommes d’argent soient versées sur leur compte en banque. L’art de la manifestation est la dernière obsession de cette génération, et nous ne pouvons pas nous empêcher de se demander pourquoi. 

Même si vous n’avez pas encore découvert ce phénomène, la tendance est officiellement devenue virale. Les recherches sur Google du “manifesting » ont grimpé en flèche de 669 % rien que cette année. Voici ce que vous devez savoir à ce sujet : 

Manifester, c’est avoir des pensées positives et poser des intentions. La manifestation est principalement basée sur la loi de l’attraction popularisée par le livre à succès « The Secret » de Rhonda Byrne en 2006, et le film du même nom. Il s’agit de la croyance selon laquelle on attire ce à quoi l’on pense. 

« Par exemple, lorsque vous passez une mauvaise journée, s’attarder sur des pensées négatives apporte encore plus de négativité », m’a expliqué Khaoula Ghanem, une praticienne des manifestations. En quelques mots, si vous y pensez, vous l’attirez. 

De ce que j’ai appris, il y a plusieurs façons de manifester. Si vous voulez vous lancer, l’écriture peut être un bon moyen de commencer. 

« Il suffit d’écrire vos manifestations, en commençant toujours par une affirmation. Par exemple : n’utilisez jamais « je veux » ou « j’ai besoin » car ces termes signalent des choses qui vous manquent, utilisez plutôt « j’ai » ou « je suis », explique Ghanem. 

Pour certains musulmans, la notion de manifestation est comparable au concept de duaa.  « Je pense que la manifestation est une autre façon de dire des duaa », m’a dit Latifa Jabouri, une Irakienne de 28 ans. « Cela me rappelle nos mères lorsqu’elles prient pour notre santé, notre travail, et d’autres choses », a-t-elle poursuivi. 

Selon elle, la montée de la manifestation dans les communautés musulmanes peut être liée au désir personnel de certaines personnes d’abandonner les connotations institutionnelles ou religieuses liées aux prières et de s’orienter vers un concept plus ouvert et plus attrayant pour les jeunes générations. Mais les parallèles avec duaa ne vont pas à l’encontre de la religion, mais s’orientent plutôt vers la connectivité. 

« J’ai l’impression que cela ne va pas vraiment à l’encontre de la religion », explique-t-elle. « C’est un terme internet, on ne peut pas le rattacher à la religion, ce n’est pas le sujet. Il s’agit juste de poser l’intention d’obtenir ce que vous voulez », poursuit Jabouri. 

Grâce à cette intention, les individus sont en mesure d’entrer en relation les uns avec les autres à un niveau plus global », a-t-elle affirmé. Et la connectivité va de pair avec la transparence, une caractéristique fondamentale de la Gen Z. 

Comme vous l’avez peut-être remarqué, c’est une génération qui place la transparence au-dessus de tout. C’est ce qu’ils exigent des entreprises, cela se voit à travers leur feed Instagram sans filtre et sans maquillage, mais aussi leur participation active dans les mouvements sociaux qui font pression pour plus de diversité et d’inclusion. 

La Gen Z s’appuie sur la transparence et sur l’expression de leurs pensées intérieures pour créer une unité collective. Après tout, la manifestation n’est qu’une forme transparente de l’expression du désir.

Partagez cet article