7 stéréotypes à abolir sur les pays du Golfe

Non, il n'y a pas que des princes.

by

Les Arabes sont au cœur de l’actualité depuis un certain temps, mais ce n’est pas toujours pour les bonnes raisons. Depuis le 11 septembre 2001, les personnes originaires de la région ont été enfermées dans des cases et accablées de stéréotypes, et il est temps d’y mettre fin. 

Contrairement à ce que Hollywood peut vous faire croire, les Arabes ne sont pas tous des terroristes ou des gens excessivement riches. Le Moyen-Orient en particulier a été victime de ce second stéréotype, qui peut ne pas sembler négatif à première vue, mais qui comme tous les stéréotypes, empêche les victimes d’exprimer les multiples facettes de leur identité. 

La liste des stéréotypes qui nuisent au Moyen-Orient est sans fin. Nous avons dressé une liste des préjugés les plus courants auxquels il faut mettre un terme : 

Les “Khaleeji” n’ont pas tous quatre épouses
La polygamie est bien légale dans de nombreux États du Golfe, mais cela ne signifie pas que tout le monde y a recourt. En réalité, une récente étude a estimé que les taux de polygamie représentent moins de 10 % de tous les mariages dans les États du Golfe. 

Tous les “Khaleeji » ne sont pas des monarques
En plus d’être impossible, ce stéréotype est nuisible et alimente les perceptions inexactes sur les Arabes.

Les “Khaleeji” ne sont pas tous riches
Au-delà des paillettes et du glamour des capitales du Golfe comme Dubaï, il existe une population de classe moyenne qui est rarement considérée. 

Les “Khaleeji” ne sont pas tous paresseux
Ce stéréotype est ancré dans l’idée que tous les khaleejis sont riches, qu’ils ne travaillent donc pas et qu’ils sont paresseux, mais comme nous l’avons déjà démenti, tous les khaleejis ne sont en fait pas riches, et même si c’était le cas, la richesse n’implique pas la paresse. 

Les femmes “Khaleeji” ne sont pas toutes opprimées
Cela ne s’applique pas seulement aux Khaleejis, mais à toutes les femmes arabes et musulmanes en général. Si certaines politiques du Golfe sont effectivement oppressives à l’égard des femmes, ce n’est pas le cas partout et cela ne s’applique pas à tout le monde. Il suffit de jeter un coup d’œil à toutes les militantes extraordinaires qui ont fait pression pour changer ces mesures.

Les femmes “Khaleeji” ne sont pas toutes dépendantes de leur père ou de leur mari
En raison notamment des lois saoudiennes sur la tutelle, ce stéréotype a trouvé une justification sur laquelle s’appuyer. Heureusement, le royaume œuvre à la suppression de cette loi, afin que les femmes ne soient pas légalement tenues de dépendre de leur père ou de leur mari. Quoi qu’il en soit, il est important de comprendre que les femmes du Golfe ne sont pas toutes privées de leur autonomie.  

Les femmes “Khaleeji” ne sont pas toutes incapables de conduire
De nouveau, si l’Arabie saoudite a effectivement interdit aux femmes de conduire, cela n’a jamais signifié que les femmes saoudiennes ne savaient pas conduire. Et bien que l’Arabie saoudite soit la plus grande nation du Golfe, il n’est pas juste que ses lois éclipsent celles de ses petits voisins.

Partagez cet article