Cette comédie musicale célèbre la culture judéo-arabe

Avec une distribution d'acteurs et de musiciens régionaux

bySarah Ben Romdane

Les films ont le pouvoir de changer notre façon de voir la vie. Lorsqu’ils sont adaptés en comédies musicales, ils sont encore plus puissants. The Band’s Visit, une comédie musicale adaptée du film israélien de 2007 du même nom, est la comédie musicale de Broadway acclamée par la critique, qui a conquis le cœur de tous. Après avoir remporté 10 Tony Awards sur 11 en juin dernier (dont celui de la meilleure comédie musicale), The Band’s Visit célèbre les liens humains en rendant hommage à l’héritage commun, mais souvent oublié, de l’identité arabe et juive.

 

 

La comédie musicale raconte l’histoire d’un groupe de policiers égyptiens coincés dans un village isolé au milieu du désert israélien après une confusion à la frontière. Finissant par passer la nuit avec les habitants, les Égyptiens perturbent avec joie la soirée monotone des habitants de Bet Hatikva. Réalisée par David Cromer, qui s’est immédiatement senti inspiré par le film après l’avoir vu, The Band’s Visit suit des Égyptiens et des Israéliens se connectant merveilleusement à travers la force de la musique.

 

Toutes les personnes travaillant sur le projet, sur scène ou dans les coulisses, ont collectivement une relation intime avec le Moyen-Orient. David Yazbek, le compositeur – célèbre pour son travail acclamé dans de nombreuses comédies musicales telles que Dirty Rotten Scoundrels et Women on the Verge of Nervous Breakdown – est un New-Yorkais d’origine libanaise. Au moment de composer la musique, il a puisé dans ses souvenirs d’enfance au Liban, écoutant Oum Kalthoum à la radio pour trouver l’inspiration, jouant avec sa darbouka.

 

 

Pour les membres du groupe également, l’expérience a été fondamentalement enrichissante. Ossama Farouk est un acteur égyptien, originaire de la région où se déroule l’histoire, tandis que Sasson Gabai et Ari’el Stachel (lauréat du prix Tony du meilleur acteur) sont deux Israéliens, originaires respectivement d’Irak et du Yémen. «Pendant tant d’années de ma vie, j’ai prétendu que je n’étais pas une personne du Moyen-Orient», a déclaré Satchel lors de son discours de remerciement au Tony Award, soulignant que jouer dans The Band’s Visit l’avait aidé à embrasser ses racines. « Je fais partie d’une communauté d’acteurs qui n’ont jamais pensé pouvoir représenter leurs propres ethnies et c’est ce que nous faisons la », a-t-il ajouté.

 

 

Alors que le conflit israélo-arabe a créé une dichotomie entre les cultures arabes et juives, The Band’s Visit a aidé les acteurs Gabai et Stachel à combler un vide émotionnel en célébrant l’hybridité des deux identités dont nous entendons rarement parler.

 

Partagez cet article