Un appel au boycott de Zara après les commentaires anti-palestinien de la designer

Le détaillant espagnol au coeur de la controverse

by

C’est attendu depuis longtemps, mais la Palestine a été sous le feu des projecteurs ces dernières semaines. Et si les appels à sauver Cheikh Jarrah sont estompés, le soutien à la cause palestinienne n’a pas pris fin, en particulier pour les Palestiniens eux-mêmes .

C’est le cas du mannequin Qaher Harhash, qui a continué à publier des articles sur les événements dans son pays natal au cours de la semaine dernière. Et cette semaine, le détaillant de mode espagnol Zara a fait couler beaucoup d’encre après un message de leur designer en chef Vanessa Perilman.

La créatrice a tenu des propos controversés envers le mannequins dans des messages privés partagés par Harhash. « Peut-être que si votre peuple était éduqué, il ne serait pas en train de faire exploser des hôpitaux et des écoles qu’Israël a aidé à installer à Gaza », a t-il.

Les messages reçus ont provoqué un tollé sur les réseaux sociaux, les utilisateurs appelant au boycott de Zara. Perilman a supprimé son compte Instagram à la suite de ce mouvement. Harhash a ensuite publié que le détaillant espagnol lui avait demandé de partager les excuses écrites par Perilman, ce qu’il a refusé de faire.

« Il est évident qu’elle s’est excusée parce qu’elle se sentait menacée par des gens qui lui envoyaient des messages et pointaient son ignorance du doigt », a écrit Harhash sur Instagram dimanche. « Jusqu’à présent, Vanessa Perilman n’a pas été licenciée », a écrit Harhash sur Instagram dimanche.

« Si Zara veut pruver quelque chose avec moi, ils doivent également lutter contre l’islamophobie », at-il ajouté. « Quand certains créateurs de mode ont tenu des propos antisémites, ils ont été licenciés de leur travail. »

Zara n’a pas encore commenté publiquement la controverse. Mais ce n’est pas la première fois que le détaillant espagnol est pointé du doigt. En mars dernier, la société mère de Zara, Inditex, était soupçonnée d’avoir levé un boycott du coton Xinjian, qui serait produit grâce à l’exploitation des ouïghours.

Partagez cet article