Cette association féministe s’attaque au problème du racisme au Liban

Une association qui démantèle frontalement le système Kafala

by

Les marques, les plateformes médiatiques, les célébrités et les militants. Tout le monde est solidaire du mouvement Black Lives Matter et de la lutte contre le racisme. Il est maintenant temps que les Arabes admettent que le racisme n’est pas seulement un problème américain. Le racisme anti-noirs dans la région MENA doit également être abordé.

Les pays du Moyen-Orient ont, pendant des décennies, échoué dans l’adoption de loi anti-discrimination afin de protéger les travailleurs migrants. Les gouvernements ferment donc les yeux sur les abus flagrants dont sont victimes les travailleurs sur leur lieu de travail.

Au Liban, le système abusif de garant, la Kafala, contrôle 250 0000 travailleurs domestiques vivant dans le pays (la plupart sont des femmes des Philippines et d’Éthiopie), et les empêche de quitter leurs employés sans perdre leur statut d’immigration.

Selon un rapport récent d’Amnesty, les travailleurs domestiques sont contraints d’effectuer des heures de travail extrêmes sans jours de repos, et sont privés de nourriture et de liberté, tout en étant simultanément soumis à des abus physiques et verbaux. Ils sont également privés de soins de santé et se voient confisquer leur passeport. En 2019, un plan de réforme a été déposé au ministre du travail, mais le plan a été abandonné à cause de la démission du ministre suite au mouvement de contestation. 

Tout comme la brutalité policière aux États-Unis, le système Kafala est responsable de l’assassinat d’innombrables personnes noires. Le 14 mars, la Ghanéenne de 23 ans Faustina Tay a été retrouvée morte sous la maison de son employeur dans la banlieue de Beyrouth. Et ce n’est pas le seul cas. En moyenne, deux travailleurs décèdent chaque semaine.

Heureusement, une nouvelle association populaire, non religieuse, féministe et communautaire, Egna Legna, se bat pour aider les travailleurs éthiopiens au Liban, et déconseille les femmes éthiopiennes de déménager au Liban. Egna Legna éduque les femmes sur leurs droits et leur fournit des compétences essentielles pour le travail et la survie. Grâce à cette nouvelle association, les travailleurs domestiques au Liban ont enfin un mouvement féministe de leur côté. 

Si les jeunes Arabes parlent aisément de George Floyd, alors la défense des travailleurs domestiques et la dénonciation de toute forme de racisme chez eux doivent être au cœur de leur combat. Après des années de féminisme et de révoltes sociales au Liban, le militantisme local doit se focaliser sur le groupe le plus marginalisé du pays.

Pour entendre des témoignages de travailleurs domestiques sur Egna Legna, regardez ces vidéos :

View this post on Instagram

We are not criminals we are a victims

A post shared by Egna Legna እኛለኛ (@egnalegna) on

Partagez cet article