Voici les meilleurs films égyptiens de cette décennie

L'âge d'or n'a jamais réellement pris fin

by

Pendant des décennies, l’Égypte a été le centre cinématographique de la région, et le pays ne montre aucun signe de ralentissement. Certes, le cinéma est en plein essor ailleurs, de la Tunisie aux Émirats arabes unis, mais l’industrie cinématographique égyptienne est indéniablement la plus riche à ce jour, avec des productions qui datent des années 1930.

Nous connaissons tous l’âge d’or égyptien : un répertoire intemporel animé par une génération de grands acteur, d’Omar Sharif à Faten Hamama, et marqué par des réalisateurs légendaires comme Salah Abu Seif, le parrain du cinéma néoréaliste, et Youssef Chahine, dont la carrière a duré 58 ans.

Mais si vous n’êtes pas un fan des classiques, ne vous inquiétez pas. L’Égypte n’a jamais cessé de donner naissance à de nouveaux talents qui sont à l’origine de certains des films les plus applaudis de la décennie, obtenant des nominations internationales et des prix au célèbre festival du film du Caire

Voici les meilleurs films à voir.

The Guest (2018)

Avec le très respecté Khaled El Sawy et le jeune talent Ahmed Malek, le film suit une famille islamo-chrétienne qui accueille un jeune homme pour un dîner, mais qui voit des tensions apparaître et les événements évoluer de manière inattendue.

The Treasure (2017)

Avec le sensationnel Mohamed Ramadan et l’actrice tunisienne Hend Sabry, Le Trésor est un film d’époque à voir absolument. Ce drame historique met en lumière les trois grandes époques de l’Égypte : le temps des pharaons, l’Empire ottoman et son époque moderne.

Curfew (2020)

Ce film égyptien, avec Elham Shahin et Amina Khalil, se déroule à la fin de l’automne 2013 lors du couvre-feu en Égypte. Curfew raconte l’histoire de Faten, qui sort de prison après 20 ans et retrouve sa fille unique, Leila, incapable de se libérer de son passé.

Savage Raghda (2018)

Si vous aimez les comédies de Ramez Galal, vous allez adorer Savage Raghda. Le film voit l’acteur, aux côtés de Riham Haggag, jouer un père célibataire, cherchant désespérément à soutenir son fils.

Souad (2020)

Ce « Teen drama » raconte l’histoire de deux sœurs, Rabab et Souad, insouciantes et obsédées par les réseaux sociaux, qui découvrent le maquillage, la séduction et l’intimité dans une société conservatrice. Le film d’Ayten Amin, sélectionné à Cannes en 2020, a été tourné dans une petite ville égyptienne et comporte un casting entier d’acteurs non professionnels.

The Blue Elephant 2 (2019)

Si vous avez adoré le premier volet de ce thriller, le deuxième volet de The Blue Elephant vous rendra encore plus accro. Karim Abdel Aziz revient dans le rôle du Dr Yehia, dont la vie est bouleversée lorsqu’un nouveau détenu de l’hôpital psychiatrique prophétise que la mort de toute sa famille aura lieu dans trois jours.

I Am Afraid to Forget Your Face (2020)

Le film de Sameh Alaa, I Am Afraid to Forget Your Face, est entré dans l’histoire l’année dernière en devenant le premier film égyptien à remporter une Palme d’or au Festival de Cannes. Le court métrage de 15 minutes suit un jeune homme nommé Adam qui tente de se réconcilier avec sa petite amie après 82 jours de séparation.

Sheikh Jackson (2017)

Si vous n’avez pas encore regardé le film primé d’Amr Salama, Sheikh Jackson, vous loupez quelque chose. Le film raconte l’histoire d’un religieux musulman, dont la foi est remise en question après la mort de son idole, Michael Jackson.

The Island 2 (2014)

Ahmed El Sakka et Hend Sabry reviennent dans le deuxième volet du thriller d’action The Island du réalisateur égyptien Sherif Arafa. Le film voit le personnage d’El Sakka, Mansour El Hefny, revenir à El Gezira après 10 ans d’emprisonnement pour découvrir que les choses ont changé et qu’il doit se battre pour récupérer ce qui lui appartient.

Clash (2016)

Avec Nelly Karim et le jeune acteur Ahmed Malek, le film suit un certain nombre de manifestants pro et anti-frères musulmans rassemblés dans un camion de police lors des événements qui ont suivi l’éviction de l’ancien président Morsi du pouvoir.

Partagez cet article